Le transport sûr et responsable de l’énergie procure des avantages économiques considérables tels qu’emplois, formations, taxes, impôts et investissements. Les pipelines entraînent des retombées économiques pour tous les Canadiens et Canadiennes, depuis les petites communautés où l’énergie est un moteur de prospérité jusqu’aux vastes centres urbains où elle propulse l’essor de leurs industries. Dans cette section, nous ferons le bilan de notre performance annuelle et nous vous présenterons nos initiatives actuelles qui profitent à l’économie des collectivités et du Canada.

double-digit

investis dans des projets d’investissement au Canada

En 2016, nos membres ont engagé 7,9 milliards de dollars dans des projets d’investissement, aidant ainsi le Canada à conserver l’infrastructure pipelinière sûre et efficace dont il a besoin pour demeurer concurrentiel.

double-digit

de recettes fiscales perçues par le gouvernement

En 2016, nos membres ont rapporté au gouvernement des recettes fiscales de 1,5 milliard de dollars sous forme d’impôts sur le revenu, d’impôts fonciers et de taxes sur les carburants et le carbone.

Découvrez les autres chiffres liés aux retombées socioéconomiques
socio-1-fr

Sur ces 1,5 milliard de dollars, en 2016, nos membres ont versé 732 millions en impôts fonciers aux municipalités des communautés où nous exploitons des pipelines au Canada. Dans de nombreuses municipalités rurales traversées par des pipelines de transport, notre industrie est le principal contribuable en matière d’impôts municipaux.

socio-6-fr

d’aides lors des incendies de Fort McMurray

En 2016, CEPA et ses sociétés membres, et notamment leurs employés, ont donné plus de 2,1 millions de dollars pour soutenir les activités d’aide face aux incendies de Fort McMurray.

socio-2-fr

Nos membres proposent actuellement d’investir un montant total de plus de 50 milliards de dollars dans des projets de pipelines canadiens au cours des cinq prochaines années.

socio-3-fr

investis dans des initiatives communautaires

En 2016, nos membres ont investi 31,1 millions de dollars dans des initiatives communautaires à travers le pays, dont 3 millions destinés à des collectivités autochtones.

socio-4-fr

en revenus du travail procurés par l’industrie des pipelines de transport en 2015*

socio-5-fr

rapportés à l’économie canadienne en 2015 par l’exploitation des pipelines de transport d’énergie*

*Source : Les pipelines d’énergie canadiens sont une source insoupçonnée de prospérité économique. En 2013, pour la toute première fois, CEPA a commandé une étude visant à évaluer les retombées économiques de l’industrie canadienne des pipelines de transport. Cette étude intitulée The Economic Impacts from Operations of Canada’s Energy Pipelines (Angevine Economic Consulting Ltd.) a été mise à jour en 2015 et le sera de nouveau au printemps 2018. Les points saillants de la mise à jour de 2015 sont exposés ici. Vous pouvez lire l’étude complète à l’adresse suivante : http://www.cepa.com/Economic-Impacts-from-Operation-of-Canadas-Energy-Transmission-Pipelines-2015

Initiative de membre : la mobilisation précoce des parties prenantes s’avère essentielle à la réussite d’Alliance dans le cadre du projet de route de contournement de Regina

Les membres de CEPA sont habitués aux franchissements de réseaux pipeliniers par des tiers et Alliance Pipeline, transporteur de gaz naturel, n’a donc pas été surprise d’avoir à prendre certaines mesures d’adaptation en vue du projet de route de contournement de Regina. Elle a toutefois constaté, après avoir reçu toute l’information nécessaire du ministère de la Voirie de la Saskatchewan, que ce projet dépasserait largement le simple croisement par des tiers.

En savoir plus

Le projet de route de contournement de Regina est le plus important projet d’infrastructure de l’histoire de la Saskatchewan. Une fois terminée en 2019, cette route franchira toute une gamme d’installations et de services publics existants, notamment le pipeline principal d’Alliance à deux endroits.

Alliance devait donc poser de nouveaux tronçons de conduite à paroi épaisse aux deux endroits où la nouvelle route croiserait le pipeline principal afin de se conformer aux exigences de la norme CSA en matière de changement de facteur d’emplacement de pipeline, suite à la construction de la route. Il fallait par la suite enlever du sol le tronçon de conduite retiré de l’exploitation et interrompre pendant environ sept jours le débit du réseau d’Alliance, qui s’étend sur 3 848 kilomètres, afin de relier les nouveaux tronçons.

L’équipe du projet d’Alliance savait que la conformité réglementaire, la mobilisation efficace des parties prenantes et une planification considérable étaient essentielles à la réussite du projet. Par exemple, elle a communiqué rapidement avec l’Office national de l’énergie (ONE) pour s’entretenir de la méthode de choix pour évacuer en toute sécurité et avant les travaux le gaz naturel du tronçon de conduite de 35 kilomètres touché. L’ONE s’est prononcé en faveur du torchage (brûlage contrôlé du gaz naturel) plutôt que du rejet du gaz dans l’atmosphère.

Alliance avait pour priorité de réduire le plus possible la pression dans le tronçon du pipeline afin de maximiser la conservation du gaz naturel et minimiser les émissions et la durée du torchage. Elle a réussi à réduire de 41 pour cent la pression d’exploitation dans ce tronçon avant de procéder au brûlage et a ainsi atteint l’objectif prévu.

Comprenant que le torchage susciterait l’intérêt des gens de la région, Alliance a rapidement offert des séances d’information destinées aux propriétaires fonciers, aux représentants municipaux et à d’autres entreprises et industries des environs. Elle voulait veiller à ce que les parties prenantes locales soient au courant et a donc organisé avec les conseils et les associations de premiers intervenants des rencontres et des entretiens individuels ainsi que des exposés en personne.

Alliance a également communiqué avec ses clients durant toute la période précédant et suivant l’interruption de service afin de leur permettre de se préparer et aider de manière générale à réduire les répercussions sur le transport de gaz.

Elle a en outre mené les activités de mobilisation et envoyé les avis suivants :

  • Préavis aux résidents de Regina et des régions avoisinantes au sujet des travaux de construction et du torchage par divers moyens de communication, notamment des annonces dans les journaux et à la radio.
  • Consultation des responsables de l’aéroport et du contrôle de la circulation aérienne, étant donné que le brûlage aurait lieu à environ sept kilomètres à l’ouest de l’aéroport international de Regina. Alliance a aussi fait parvenir un « avis aux navigants » (NOTAM) durant le torchage pour alerter les pilotes de la présence des hautes torches.
  • Avis livré en personne aux propriétaires fonciers afin de les prévenir du bruit et de la visibilité.

Les efforts déployés par l’équipe d’Alliance pour mobiliser le public rapidement et efficacement ont rapporté. Le torchage et les travaux de remplacement de conduite n’ont en effet fait l’objet d’aucune plainte.

Alliance Pipeline, membre de CEPA, a terminé les travaux de construction nécessaires au projet de route de contournement de Regina en octobre 2016. Le dernier nettoyage et la remise en état de l’emprise du pipeline ont eu lieu au printemps 2017.

Le consortium qui gère le projet de route de contournement de Regina a félicité Alliance pour la sécurité, l’esprit d’initiative, la mobilisation hâtive et la communication ouverte constatés tout au long du processus.

Questions et commentaires

CEPA en première ligne des examens environnementaux et réglementaires du Canada

CEPA et ses membres participent activement à l’examen par le gouvernement fédéral des processus environnementaux et réglementaires du Canada. La Loi canadienne sur l’évaluation environnementale (LCEE) et la modernisation de l’Office national de l’énergie (ONE) s’inscrivent toutes deux dans cet examen exhaustif lancé au milieu de l’année 2016.

En participant à ces examens, CEPA donne à ses membres une voix unique et claire dans les processus environnementaux et réglementaires du Canada afin de s’assurer que toute décision s’appuie sur des preuves et des données scientifiques et soit juste, transparente, coordonnée et prise au moment opportun. CEPA a siégé au Comité consultatif multilatéral dans le cadre du processus d’examen de la LCEE.

CEPA a ainsi étroitement collaboré avec des représentants d’organismes autochtones, d’associations industrielles et de groupes environnementaux afin de fournir de la rétroaction au groupe d’experts formé et chargé par le gouvernement de mener ces examens. Elle continue de conseiller la ministre de l’Environnement et du Changement climatique à la suite du rapport rédigé par le groupe.

Un autre comité de CEPA composé de chefs de file et d’experts de sociétés membres a appuyé notre participation en contribuant à élaborer des énoncés de position pour toute l’industrie et à formuler des recommandations, particulièrement la mise en œuvre d’un examen en deux volets des grands projets de pipelines afin de clarifier les principales questions de politiques plus tôt dans le processus décisionnel.

CEPA a également participé aux examens de la Loi sur la protection de la navigation et de la Loi sur les pêches.

Ces quatre examens ont pour but d’aider à favoriser la confiance du public envers les processus d’examens réglementaires et de veiller à ce que le secteur de l’énergie canadien demeure concurrentiel à long terme.

Questions et commentaires
En savoir plus

Initiative de membre : un partenariat avec Trans Mountain prépare les femmes autochtones à des emplois dans la construction

Lorsque L’Office national de l’énergie (ONE) a approuvé le Projet d’agrandissement du réseau Trans Mountain de Kinder Morgan (PARTM) en novembre 2016, l’équipe était bien préparée aux conditions imposées par l’ONE, soit former les populations locales, régionales et autochtones.

Lors de ses premiers préparatifs, le PARTM avait pris les devants en s’engageant à former des groupes autochtones et des collectivités locales. Il avait également conclu des partenariats avec des établissements d’enseignement dans toute l’Alberta et la C.-B. afin de préparer les gens aux travaux de construction et à d’autres fonctions nécessitant une courte formation.

On peut par exemple citer le partenariat avec Women Building Futures (WBF), une initiative visant à recruter, évaluer et former des femmes autochtones en vue de leur intégration dans le secteur de la construction des pipelines. WBF est un organisme albertain qui prépare les femmes à travailler dans des industries où elles sont historiquement sous-représentées. Il jouit d’un taux de placement de 90 pour cent pour les femmes ayant achevé leur formation.

Le nouveau programme de huit semaines visant la formation de manœuvres en construction pour le pipeline de Trans Mountain formera 24 femmes autochtones lors de deux différentes sessions offertes en juillet 2017 et février 2018. WTB valorise son engagement à faire progresser la prospérité économique de toutes les femmes. Son équipe de participation des Autochtones a recueilli la rétroaction de collectivités et organismes autochtones afin de perfectionner sa méthode éprouvée de prestation de programme en vue de cette initiative.

Le programme a commencé par une séance de préparation à l’emploi de cinq jours afin de retenir des candidates aptes à être formées et de les aider à se préparer. Quarante-trois femmes autochtones ont assisté aux séances, qui se sont tenues à Stony Plains, Edmonton, Wetaskiwin et Hinton, en Alberta. Le PARTM a présenté le projet aux participantes potentielles dans le cadre de ces séances de lancement.

Leur formation achevée, les participantes seront fin prêtes à occuper un emploi dans la construction du projet Trans Mountain ou ailleurs et elles seront embauchées en priorité par les entrepreneurs du PARTM.

Grâce aux partenariats conclus avec les collectivités, les pouvoirs publics et les établissements d’enseignement, le PARTM prévoit former environ 800 personnes d’ici la mise en œuvre du projet à la fin 2019. Certaines des personnes formées pourraient être embauchées dans le cadre du projet.

Questions et commentaires
En savoir plus

Une coopération essentielle pour des interventions hors pair en Colombie-Britannique

Dans notre rapport de performance 2015, nous avions décrit les travaux entrepris pour améliorer le régime d’intervention de la Colombie-Britannique en cas de déversements terrestres. Deux ans plus tard, CEPA et ses membres continuent de collaborer avec le ministère de l’Environnement de la province afin de définir l’orientation de cette politique.

CEPA s’est associée à plusieurs autres associations sectorielles dans le but de former un organisme d’intervention provincial dirigé par l’industrie, qui porte actuellement le nom de BC Preparedness and Coordination Organization (organisme de préparation et de coordination de C.-B.) ou PCO. Cet organisme vise à améliorer le partage d’informations, la communication et la coordination entre les diverses industries concernées.

Depuis le début de l’année 2017, la PCO s’est montrée très active. Après avoir achevé l’inventaire des capacités d’intervention, elle s’affaire actuellement à déterminer les domaines privilégiés les plus avantageux pour les Britanno-Colombiens et devant faire l’objet d’une collaboration accrue.

Toujours en 2017, la PCO compte également travailler avec les collectivités autochtones et les administrations locales sur des mesures de planification et de préparation telles que des exercices de gestion conjointe des situations d’urgence, ainsi que sur l’organisation d’un symposium visant à sensibiliser davantage toutes les parties intéressées.

Nous continuerons de collaborer avec le ministère de l’Environnement de C.-B. afin de modeler la PCO de sorte à atteindre nos objectifs communs.

Questions et commentaires
En savoir plus

Initiative de membre : les Premières Nations et Pembina Pipeline combinent leurs forces dans le cadre d’un programme de formation en environnement

Lorsqu’il est question de projets d’infrastructure, la protection des terres, de l’eau et de la faune est de la plus haute importance pour les Premières Nations. C’est pourquoi Pembina Pipeline a élaboré un programme centré sur les intérêts, les forces et les priorités des collectivités autochtones avec lesquelles elle collabore.

2017 marque la seconde année de mise en œuvre du Environmental Trainee Program (programme de stagiaires en environnement), qui forme les entreprises autochtones aux aspects environnementaux de la construction des pipelines. Ce programme offre une formation personnalisée aux membres des collectivités autochtones situées près des zones d’exploitation de la société et procure des possibilités d’emploi auprès d’entrepreneurs et de Pembina Pipeline.

Grâce à des séances d’instruction en classe et une formation sur le terrain, les participants se familiarisent avec les procédures et méthodes de construction utilisées pour installer les pipelines, tout en travaillant à la protection de l’environnement. Ils sont également formés à la planification environnementale (notamment aux exigences réglementaires), aux inspections, à la sécurité, à la remise en état et à l’exploitation des pipelines, ainsi qu’à l’intégrité pipelinière.

Les compétences et la certification qu’acquiert chaque participant peuvent mener à une carrière de technicien en environnement. À ce jour, plus de 80 personnes ont participé à la formation, aboutissant à plus de 25 emplois en environnement sur six projets différents. Les participants, les collectivités autochtones et les entrepreneurs trouvent tous ce programme très utile.

Questions et commentaires
En savoir plus

Des projets de pipelines reçoivent l’aval du gouvernement

En novembre 2016, suite à un processus d’examen long et rigoureux, le gouvernement a autorisé deux importants projets de pipeline : le projet de remplacement de la canalisation 3 d’Enbridge et le projet d’agrandissement du réseau Trans Mountain de Kinder Morgan. En mars 2017, c’était au tour du projet Keystone XL (KXL) de TransCanada de recevoir l’approbation présidentielle. Ces projets contribueront grandement à l’économie canadienne en procurant des emplois, des recettes fiscales et un plus vaste accès au marché pour les produits canadiens.

2 000
emplois à temps plein directs et indirects

Emploi*
Ces projets généreront en moyenne environ 12 000 emplois à temps plein temporaires chaque année durant la phase de développement et de construction et plus de 2 000 emplois à temps plein directs et indirects dans tout le Canada annuellement au cours des 20 premières années d’exploitation.

Recettes fiscales estimées à
1,7 G$

Recettes fiscales*
Ces projets se traduiront par des recettes fiscales estimées à 1,7 milliard de dollars pour les provinces et le gouvernement fédéral durant la phase de construction et à plus de 3 milliards de dollars durant les 20 premières années d’exploitation.

17 G$
contribués au PIB durant les 20 première années d’exploitation

Produit intérieur brut*
Ces projets profiteront à l’économie canadienne en injectant près de 8 milliards de dollars supplémentaires dans le produit intérieur brut durant la phase de développement et de construction et plus de 17 milliards de dollars au cours des 20 premières années d’exploitation.

Capacité : Réunis, ces projets représentent une capacité additionnelle de 1,8 million de barils par jour à expédier de l’Ouest du Canada.

*Trans Mountain et canalisation 3 d’Enbridge. Au moment de la publication, les derniers détails sur les effets du projet KXL au Canada ne sont pas encore connus. Ces chiffres seront mis à jour dès qu’ils seront disponibles.

Plus de plus amples renseignements, visitez : www.transmountain.com, www.enbridge.com/projects-and-infrastructure/projects/line-3-replacement-program-canada, keystone-xl.com (effets sur les États-Unis).

Questions et commentaires
En savoir plus